Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Nature et Culture Un peu de nature et un zeste de culture

La monnaie du pape pour les abbesses

Nature et Culture
La monnaie du pape pour les abbesses
La monnaie du pape pour les abbesses

Sortie du ciment d'un mur et d'un trottoir en herbes, la fleur laissera ses fruits aux abbesses qui ont quitté les lieux. Elles ont déserté, faute de place et démunies de leur puissance, cet endroit où, aujourd'hui, de nouvelles Amazones viennent remplir les poches des comptables des surfaces New age. Elles ont quitté le bord de la rivière, et ont fait la place à des propriétaires détenteurs d'un nouveau trésor, sur des zones à l'inondabilité avérée. Il ne reste plus que de petites monnaies du pape, comestibles au printemps. De quoi nourrir les amateurs d'un goût sauvage sans vertu particulière....

L'île au milieu d'un bras

Nature et Culture
L'île au milieu d'un bras
L'île au milieu d'un bras

C'est un bras de la rivière, artificiel. Une île posée dessus, sans animaux pour permettre aux oiseaux de se poser un peu, dans les arbres et dans la végétation. Le cours artificiel de la rivière continue à alimenter des moulins dont les roues ne tournent plus depuis longtemps. Des arbres, des oiseaux, de l'eau, et un peu de quiétude avant le passage des véhicules et quelques heures de pointe, entre entrée et sortie du boulot. Sinon, c'est un peu de paix dans un paysage transformé par les temps.

Adultère d'Yves Ravey, un concentré des sens

Nature et Culture
Adultère d'Yves Ravey, un concentré des sens
Adultère d'Yves Ravey, un concentré des sens

Il y a beaucoup d'odeurs, dans cet "Adultère" d'Yves Ravey. Le parfum capiteux d'une belle et jolie femme, le whisky d'un homme d'affaires qui patiente en jouant aux cartes, l'essence et l'huile de vidange d'un garage automobile en faillite, la sueur d'un veilleur de nuit qui aime faire du jogging, et le buffet froid englouti par Jean Seghers, le héros et narrateur malgré lui de son histoire de petit patron abusé. Abusé, mais par qui ? C'est ce que l'on va apprendre au fur et à mesure de ce roman dont l'intrigue se transforme en joli petit policier qui enserre le lecteur dans l'étau d'un établi...

La poulette s'échappe

Nature et Culture
La poulette s'échappe
La poulette s'échappe

La poule, la fugue Elle s'échappe, la poulette, de son enclos pour voir si l'herbe est plus verte ailleurs. Elle sort de ses sentiers battus pour tâter du bitume, du gravillon, mais ne reste pas trop loin de la maison. Avec ses belles plumes, elle s'emplume pour repartir vers un autre horizon, pas si lointain, retrouver ses copines et son coq, qui, comme elle, s'offrent quelques échappées pour goûter une herbe plus verte, d'autres vers, et aller picorer quelques petites choses qui seront peut-être meilleures. Sait-on jamais ? Et ça continue de caqueter.

Christophe, les maux bleus des yéyés

Nature et Culture
Christophe, les maux bleus des yéyés
Christophe, les maux bleus des yéyés

Abonnez-vous http://bit.ly/inachansonsSi j'ai bonne mémoire | A2 | 27/01/1985 Sur le plateau de "Si j'ai bonne mémoire", Christophe interprète son tube "Les ... 16 avril 2020, Christophe est parti sans pouvoir crier Aline une dernière fois pour qu'elle revienne. Séisme dans le landerneau de la chanson. Christophe, chanteur issu des années yéyés, disparaît. Il est l'un des premiers célèbres emportés par la COVID pendant le premier confinement. De quoi acquérir quelques lettres de légende avant de finir dans un sac blanc pour bénéficier d'un enterrement sans VIP. En revanche, les hommages ont plu....

Juste un œil

Nature et Culture
Juste un œil
Juste un œil

Juste un œil, le regard de cet inconnu qui se précipite du fond de son pré carré pour venir regarder une autre inconnue. Peu de paroles, rien d'important en tout cas. Juste une attention anodine qui n'a rien d'anodin. Une présence puissante qui prend de la place et qui regarde repartir l'inconnue au lointain, sans broncher, sans un souffle, dans un joli silence et bien planté sur ses jambes. L'inconnu, son regard et sa patiente attention.

La source près de l'espace

Nature et Culture
La source près de l'espace
La source près de l'espace

L'eau file pour se jeter et alimenter la rivière. Pure eau de source Ça crépite, ça bouillonne légèrement. Autrefois, les femmes venaient chercher de l'eau à cette source pour la boire. Aujourd'hui, encerclée par la végétation et les orties, presque inaccessible, elle s'écoule légèrement pour se jeter dans la rivière, près de l'espace. Un peu d'eau qui continue d'alimenter le flux de la rivière, sans vannage, pour suivre et grossir un courant créé au moyen-âge. Les moulins peuvent continuer à tourner, sans leur roue.

Les miroirs au lavoir

Nature et Culture
Les miroirs au lavoir
Les miroirs au lavoir

Panorama sur les eaux tranquilles du Loir Reflets, miroirs au lavoir. L'eau ne file plus et reste sans encours, avec une fenêtre sur cour. Les nuages filent, les arbres restent immobiles dans le reflet de l'eau qui ne dort pas tout à fait. Les jours passent et lézardent pour l'instant dans un soleil rafraîchi par le vent. On reste, avant d'y repasser. Le lavoir a encore le temps.

De la pourriture à la nourriture

Nature et Culture
De la pourriture à la nourriture
De la pourriture à la nourriture

Blets, pourris. Fruits trop mûrs et nourris de vers, tombés à terre. Rats, oiseaux, insectes profitent de cette nourriture pendant l'hiver avant l'arrivée du printemps qui est venu, bien gelé. Déchets organiques qui servent de nourriture et qui s'enrichissent au contact de ces insectes qui les mangent et les transforment en une terre, noire, riche pour apporter à la terre du jardin un terreau fertile. De la pourriture à la nourriture, les saisons passent et apportent avec elles le temps qui fuit, passe et trépasse, mais dont on peut récolter quelques fruits, si on peut les cueillir.

La maison près de la gare

Nature et Culture
La maison près de la gare
La maison près de la gare

Un monticule recouvre de lierre cette petite maison près de la gare. De chef de gare, il n'y a plus. La ligne de train a laissé la place à la végétation, des acacias dont les fleurs peuvent faire de bons beignets. On nettoie le terrain, on dégage pour un nouvel usage et tracer, peut-être, une nouvelle voie qui emmenait les voyageurs autrefois du côté de Bordeaux. Le voyage est lointain, et il est encore long de filer un chemin entre deux ponts ferroviaires. Le végétal a fait ce qu'il a voulu pendant des décennies. Qu'en est-il aujourd'hui ?

<< < 1 2 3 > >>