Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Nature et Culture Un peu de nature et un zeste de culture

FREDERIC BEIGBEDER - Un roman français - Ed. Grasset

Le Réséda


Hasard ou pas, je me suis plongée hier dans la lecture du dernier Beigbeder, Un roman français. Il se trouve qu’aujourd’hui il est lauréat du prix Renaudot. Ce qui m’étonne beaucoup. Parce que suffit-il qu’il y ait roman écrit sur un livre pour faire œuvre de littérature ? C’est un mystère. Je n’ai pas été déçue par l’ouvrage, il se dévore, l’écriture de Beigbeder est efficace. Et on est aussi pris d’une curiosité malsaine, un peu comme les lecteurs de Voici, à découvrir les turpitudes de cet écrivain français très cathodique. Un people parmi les people.

Beigbeder a choisi la fiction pour faire son autobiographie. Etrange, mais cela veut dire qu’il ne retient que ce qu’il veut bien retenir, qu’il ne livre que ce qu’il veut bien livrer. Et c’est peut-être là le problème. C’est un problème d’orgueil. C’est avec orgueil qu’il décrit sa famille, sans complaisance pour autant, mais ne retenant principalement que les hauts faits héroïques d’aïeuls peut-être pas si glorieux que cela. Son haut fait héroïque à lui c’est d’avoir fait 36 heures de tôle pour consommation ostentatoire de stupéfiants, à l’heure où la répression est dure et sans pitié pour le commun des quidams. Encore une histoire d’orgueil mal placé, lui l’écrivain qui s’arroge le droit de faire ce qu’il veut comme il veut en faisant fi des lois. Une posture de vieil ado rebelle, ça plaira certainement à ses amis du show biz. Restent tout de même quelques belles pages sur une enfance ennuyeuse, prise entre deux parents divorcés et malheureux. Restent aussi quelques jolies phrases. Mais cela suffit-il à faire œuvre de littérature ?


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires